Facebook | Bookenda | Press | Info | Réservation Ce Soir? | Instagram

INFO
À travers leur passion et amour mutuel de l'art culinaire, Le Fantôme à été fondé par Jason Morris et Kabir Kapoor en 2015. Les partenaires on joint leurs talents et efforts pour emmener une nouvelle énergie à la scène culinaire de Montréal. En fournissant des ingrédients locaux, ils mettent beaucoup de leur emphase sur leur cuisine enjouée et raffinée. Ayant travaillé dans des restaurants partout dans le monde, Morris partage son expérience de chef ainsi que ces créations innovantes. Kapoor, étant le fils des propriétaires du plus vieux restaurant de cuisine indienne dans l'est du Canada (Le Taj), contribue avec plusieurs années d'experience, offre un service attentif, courtois et expérimenté avec tous leurs invités

Auparavant, le restaurant ne présentait qu'un menu à la carte, mais aujourd'hui leur spécialité est devenue leur menu de dégustation, qui se refait régulièrement. Les invités ont le choix de soit 6 ou 9 services, dont les plats sont préparés avec tant de créativité et de finesse. Pour ceux qui sont à la recherche d'une assiette principale comme repas, Le Fantôme offre également quelques items de base sur le menu: Pastamania (pâtes du jour), leur savoureux pain au levain, leur sandwich PBFGJ (beurre d'arachide foie gras et à la confiture), et une sélection de délicieux fromages. Le Fantôme est aussi très fier d'offrir leurs invités une sélection de vin exclusifs qui varie à chaque semaine.

Le Fantôme à toujours l'objectif de faire une forte impression avec les convives en offrant à la fois une experience culinaire exceptionnelle ainsi qu'une service à la clientèle incomparable.

L'ART PRÉSENTÉ

Lee Morris, le grand-père de Jason, est née en 1904 à Montréal, qui alors passe la plupart de sa vie dans la ville de New York. Pendant sa carrière d'entrepreneur général en construction, il donne également expression à son talent artistique en faisant des croquis et de la peinture à temps partiel. Dès le début de la cinquantaine, il s'est engagé pleinement à la pratique de son art.

Avec la turbulence des années 60 à mi-70, ses créations représentaient une expression authentique pendant cette période effervescente. À l'époque, son travail était méconnu, avec seulement quelques galeries d'expositions qui exposaient ses pièces malheureusement perdues parmi le travail des autres artistes réputés. En fait, pour la majorité de sa vie artistique, son travail a été à peine apprécié, à l'exception de ses proches.

Ses pièces sont principalement des collages abstraits, qui ont été faits avec les pages glacées du magazine The New York Weekend Magazine and Book Review. Après avoir découpés toutes ces morceaux de papier très vifs, il solidifiait sa création avec de la pâte à papier peint, revêtue d'une couche de gomme-laque, sur une base en bois.

Des centaines de morceaux de son travail époustouflant restent encore aujourd'hui, plusieurs entre-eux endommagés, par contre ils nous rappellent d'une conscience immortelle et au besoin inhérent aux humains de communiquer et partager leurs perceptions avec les autres.

En 1986, à l'âge de quatre-vingt deux, Lee Morris est décédé.

LE NOM

Les propriétaires Morris et Kapoor ont examiné l'histoire de la région de Griffintown, afin de trouver un nom pour leur restaurant, et c'est là qu'ils ont découvert la légende urbaine de Mary Gallagher. Il y a cent ans, cette terre était un établissement irlandais, qui a été attribué aux constructeurs et aux ouvriers de l'ère industrielle, également un endroit abondant en alcool et en prostitution. Selon la légende, deux prostitués Mary Gallagher et Susan Kennedy travaillait beaucoup autour des rues Murray et William. Susan Kennedy, jalouse de Mary Gallagher et de sa beauté, profita de la nuit pour la décapiter. Depuis son meurtre en 1879, les résidents de Griffintown ont été témoins de plusieurs apparitions d'une femme habillée en robe victorienne. Le dernier témoignage a eu lieu en 1928.

En s'inspirant de la légende urbaine, le Fantôme apporte une note plus légère avec leur éclairage en chandelle, créant un atmosphère à la fois mystérieux intime et chaleureux.

 

 

 

ABOUT
After bonding over their mutual love for the food industry over ten years ago, Jason Morris and Kabir Kapoor joined forces to solidify their passion and created Le Fantôme. In 2015, the duo teamed up to bring a new energy to the restaurant scene of Montreal by sourcing local quality ingredients, and through keeping the cuisine equal parts playful and refined. Morris, having worked at restaurants all over the world, brings his experience as a chef and innovative creations to the kitchen. Kapoor, being raised in the industry through his parents’ ownership of the oldest Indian restaurant in Eastern Canada (Le Taj), brings his strengths forward to the dining room by touching down on each table and personally engaging with the guests.


Since its debut, the restaurant evolved from having an à la carte menu, to specializing in a regularly reinvented tasting menu, where diners experience 6 to 9 courses at the cusp of creativity. For those looking to have one main dish as their meal, Le Fantôme also offers a few staples on their menu:Pastamania (pasta of the day), their scrumptious sourdough bread, their infamous PBFGJ (peanut butter foie gras and jelly) sandwich, and a selection of delicious cheeses to choose from. Le Fantôme is equally proud to offer their guests an exclusive selection of wine which vary from week-to-week.

BEHIND THE ART

Lee Morris was born in Montreal in 1904, living most of his life in New York City. He was a construction general contractor by profession, and throughout his early years flirted on the artistic side, sketching and painting in his quieter moments; he walked away from his building work for good in his late fifties and took up art full time.

His art was very much a product of the turbulent scene in which he created this work, the politically and emotionally charged era of the 1960ʼs through the mid ʼ70ʼs, emerging out of the cacophony of that time with his own singular take at self expression. As time would tell, he would remain but an unknown artist, producing his work on the marginal fringes of the New York art scene, with only a few gallery showings, drowned out by other more famous artists. He created and died in relative obscurity, his art known and loved by only his family and friends - and his work remained largely unseen by the public, until now.

His images crafted in abstract paper collage form are culled mostly from the glossy pages of The New York Weekend Magazine and Book Review, and are the product of a process combining vividly colored paper in cut designs with wallpaper paste, coated with shellac, on a wood base.

Hundreds of these provocative pieces of art remain, a mind boggling body of work - many damaged and in disrepair. But they are a reminder of a consciousness that refused to die, and of a need, inherent in all of us, to communicate to others, without speaking.

Lee Morris passed away in 1986, at eighty two years old.

 

BEHIND THE NAME

In search for a name, owners Morris and Kapoor looked into the history of the Griffintown area. Through their research, they discovered the myth of Mary Gallagher. A century ago, the land used to be an Irish settlement, which was allocated to the builders and industry workers, and rampant with alcohol and prostitution. According to the urban legend, two prostitutes Mary Gallagher and Susan Kennedy worked along Rue Murray and William, and ended in the beheading of Ms. Gallagher when jealousy struck between the two. Since her murder in 1879, people have seen apparitions of a headless woman wearing a victorian gown, haunting the residents of Griffintown. The last reported sighting was in 1928.

Drawing inspiration on the legend, Le Fantôme balances out the mysterious history with coziness by providing an intimate setting for their guests with a dim, candlelit atmosphere.

 


 



Carrières | Contact